Le thème Astra suspendu et rétabli du répertoire officiel de thèmes WordPress pour violation de directives

L’équipe des thèmes de WordPress a suspendu Astra du répertoire officiel des thèmes WordPress. Cela quelques semaines seulement après qu’il soit devenue le premier thème WordPress non par défaut à dépasser le million d’installations actives. La raison : le thème a violé la règle d’interdiction d’utilisation des liens d’affiliation dans le répertoire de thèmes. Le thème a depuis été rétabli. Cependant, il a été retiré de la liste des thèmes populaires du répertoire de thèmes WordPress.

L’histoire a continué à se développer sur différents canaux pendant le week-end et ce, jusqu’au début de cette semaine. Brainstorm Force, la société éditrice du thème, a fait valoir qu’elle n’avait pas violé la règle des liens d’affiliation; car le thème ne faisait que filtrer les ID de référence des extensions tierces. Les extensions fournissaient techniquement les liens. La société a également demandé de la clémence car c’était sa première violation des règles.

Depuis la discussion initiale, l’équipe des thèmes a rétabli le thème tout en le retirant de la liste des thèmes populaires. L’objectif est de s’assurer que les utilisateurs existants ont toujours accès aux mises à jour tout en fournissant une méthode pour traiter les violations des règles; une méthode qui ne va pas jusqu’à la suspension pure et simple. L’équipe a également ajouté une semaine de sanction supplémentaire après avoir constaté qu’une sixième violation liée à l’affiliation avait été manquée lors de l’examen initial. Astra sera désormais radiée de la liste pour un total de six semaines.

Astra n’est pas le premier thème populaire suspendu du répertoire de thèmes WordPress. Ces suspensions très médiatisées peuvent entraîner la perte de milliers de dollars de revenus si le modèle commercial du thème repose sur le trafic de WordPress.org. En 2017, une suspension de cinq mois du thème Zerif Lite a fait baisser de 63 % les revenus qui de ses éditeurs y sont liés. Le nombre d’utilisateurs de Zerif Lite représentait environ un tiers du nombre total actuel d’utilisateurs d’Astra.

Bien qu’il faille un certain temps pour voir les résultats, le fait d’être retiré de la liste réduira probablement les revenus de Brainstorm Force. Ils vendent aussi une version pro de leur thème. Il s’agit d’un modèle de freemium commun que de nombreuses sociétés d’éditions de thèmes emploient.

Les directives de révision des thèmes de WordPress.org interdisent les liens d’affiliation. La directive dont il est question actuellement est la suivante:

Les thèmes ne sont pas autorisés à avoir des URL ou des liens d'affiliation.

Techniquement, Brainstorm Force n’a pas inséré directement de liens d’affiliation via son thème. Au lieu de cela, le thème a injecté l’ID de référence de la société dans les liens d’affiliation pour les extensions tierces lorsqu’ils étaient actifs sur le site d’un utilisateur. En soi, ce type d’injection n’a rien d’infâme. Les extensions elles-mêmes permettent un tel filtrage de leurs liens d’affiliation. Cela sans doute pour inciter les auteurs de thèmes à gagner quelques dollars en les recommandant et en les intégrant.

Quant au thème Astra, la question est de savoir s’il a violé la directive sur les liens d’affiliation. Lorsque la règle a été rédigée, l’équipe de revue des thèmes pensait probablement à des liens directs au sein du thème et non à un scénario où un thème injectait un ID de référence ou filtrait un lien existant à partir d’une extensions.

Selon l’équipe de revue des thèmes, au moins deux des ID d’affiliation d’Astra concernaient des plugins que le thème recommandait mais qui n’étaient pas réellement intégrés ou compatibles d’une quelconque manière. Dans au moins un cas, le thème a automatiquement mis à jour une option de base de données pour l’extension Monster Insights afin d’ajouter un ID d’affilié – la mise à jour automatique de toute option de base de données sans action de l’utilisateur n’est généralement pas autorisée.

Indépendamment des opinions individuelles sur l’interdiction complète des liens d’affiliation par l’équipe de revue des thèmes, il ne s’agit pas d’une situation de pure forme où l’on se contente d’autoriser ou d’interdire.

« Il s’agit aussi de comprendre l’impact juridique des divulgations« , a déclaré Carolina Nymark, une représentante de l’équipe. « Ce n’est pas quelque chose dont l’équipe de revue peut assumer la responsabilité, ni détourner le regard si les auteurs ne la suivent pas« .

Les excuses et la réponse d’Astra

Sujay Pawar, co-fondateur de Brainstorm Force, a publié des excuses ouvertes sur le blog d’Astra. Cependant, ce billet d’excuse a créé sa propre controverse au sein de la communauté. Cet article n’est pas la première version des excuses. Pawar a modifié son billet original et a supprimé certaines des promesses qu’il avait faites à la communauté.

Selon de nombreuses sources au sein de la communauté et un commentaire sur le billet, il avait promis qu’un des développeurs sénior de l’entreprise consacrera 16 heures de contribution à l’équipe de revue des thèmes. Parallèlement à cette contribution, il a promis de consacrer 5% des ressources de l’entreprise au développement de logiciels libres et de faire un don pour les futurs WordCamps.

« Ces derniers jours ont été très éprouvants pour moi et pour toute l’équipe« , a déclaré M. Pawar. « Je n’ai jamais été dans une situation aussi stressante de ma vie. Comme vous pouvez l’imaginer, j’ai écrit de nombreuses versions de ces excuses et je n’étais tout simplement pas sûr de la meilleure façon de le faire« .

Pour certaines personnes de la communauté, changer le contenu du billet semblait suspect. Il l’avait changé à peu près au même moment où le thème a été rétabli sur WordPress.org. Cependant, le problème était probablement le résultat d’un mauvais timing. Pawar a déclaré avoir écrit le message original et en avoir retiré des parties par la suite.

« Mes premières excuses comprenaient les détails de la façon dont nous prévoyons d’accroître notre engagement envers WordPress, mais après mûre réflexion, j’ai estimé que ce n’était pas le bon endroit pour partager cela« , a-t-il déclaré. « Je ne veux pas que nos contributions soient éclipsées ou liées à une violation des règles. Nous avons toujours l’intention d’honorer notre engagement, et nous publierons ces détails dans un billet dédié« .

Pawar n’a aucune rancune envers l’équipe thématique. Pour lui, ce fut un week-end très stressant dont il se remettra sans doute. Il essaie de rectifier la situation du mieux qu’il peut.

« J’ai beaucoup de respect pour tous les membres de l’équipe de revue des thèmes« , a-t-il déclaré. « Ils travaillent sans relâche pour faire avancer l’écosystème WordPress. Je crois à 100% que les directives doivent être appliquées car c’est la seule façon de garantir que WordPress continue à se développer. En tant que l’un des auteurs de thèmes les plus populaires, notre objectif est de montrer l’exemple et de travailler avec l’équipe de revue pour établir de meilleures normes« .

Long terme : Retrait des thèmes de la liste au lieu de leur suspension

L’équipe de revue des thèmes n’a pas beaucoup d’options lorsqu’il s’agit de mesures punitives pour les violations des directives. Cela est dû en grande partie aux limitations du logiciel utilisé. L’équipe a simplement besoin de meilleurs outils.

« Les mesures punitives dont dispose l’équipe en ce moment consistent à la suspendre ou à ne rien faire« ; a déclaré William Patton, un représentant de la l’équipe de revue. « Il n’y a pas d’intermédiaire, et dans beaucoup de cas, aucune de ces deux options n’est idéale. L’expérience passée m’a montré que demander aux auteurs à plusieurs reprises des changements est soit inefficace; soit ils y remédient mais le comportement revient au bout de peu de temps. La suspension a été assez efficace dans certains cas. Mais c’est beaucoup de travail pour l’équipe de gérer et de tenir à jour des listes ou des calendriers de ce qui s’est passé et d’y revenir après un certain temps« .

Patton a déclaré que la menace d’une suspension sans action est inefficace. Cependant, le fait de suspendre un thème a souvent des implications pour les utilisateurs finaux. Dans certains cas, il peut y avoir une mise à jour de sécurité urgente que les utilisateurs doivent obtenir, mais le système de suspension ne rend pas cela facile à gérer.

Il existe maintenant un ticket méta ouvert qui permet aux administrateurs de répertoires de thèmes de retirer un thème de la liste. En effet, cela permettrait de garder un thème tel qu’Astra disponible dans le répertoire si quelqu’un connaît l’URL directe. Cela permettrait également à l’auteur du thème de fournir des mises à jour, telles que des corrections de sécurité, aux utilisateurs sans l’approbation directe de l’équipe des thèmes. Toutefois, le thème ne serait pas disponible par le biais de la liste des thèmes populaires ou de la recherche.

Cela offre à l’équipe une option moins drastique qu’une suspension complète et n’a pas d’inconvénients pour les utilisateurs de thèmes existants.

Actuellement, l’équipe a trouvé ce qu’elle a décrit comme une méthode « hacky » consistant essentiellement à retirer Astra de la liste. Comme l’algorithme de la liste des thèmes populaires utilise la date de publication du thème pour déterminer sa popularité, l’équipe a changé cette date pour le thème afin de le faire descendre dans la liste des thèmes populaires. Ce n’est pas une solution parfaite, mais elle a fourni un terrain d’entente rapide entre ne rien faire et la suspension; du moins jusqu’à ce qu’une solution plus permanente soit mise en place. Elle leur donne également une chance de tester rapidement les effets d’une telle mesure.

Les mesures punitives ont toujours été une épreuve difficile pour l’équipe. D’une part, elle n’aime pas suspendre des thèmes pour des actes répréhensibles, indépendamment du fait que ces actes soient intentionnels ou non. D’autre part, elle doit essayer de fournir un terrain de jeu équitable pour tous les auteurs de thèmes. Les menaces de sanctions pour violation des lignes directrices sonnent creux s’il n’y a pas de suivi. Ce n’est pas une position facile, et les membres de l’équipe peuvent rapidement être victimes de harcèlement ou de messages privés non désirés de la part des développeurs de thèmes et de personnes extérieures.

« Nous avons eu plusieurs occasions où les auteurs de thèmes nous ont « suivis » en nous blâmant et en nous faisant des suggestions de toutes sortes« , a déclaré M. Nymark.

L’une des façons dont l’équipe de revue de thèmes a traité ce problème est d’utiliser le compte relativement anonyme « @trtmessenger » lors de la suspension de thèmes. C’est la voie que l’équipe a empruntée pour gérer les décisions de suspension du thème Astra.

L’équipe a fait face à des attaques contre des membres individuels au cours des années sur diverses décisions qu’elle a prises. Dans de nombreux cas, le représentant qui a pris une décision particulière, quel que soit son rôle personnel dans celle-ci, a fait les frais de réactions négatives. Bien trop souvent, il s’agissait de tirer sur le messager. Les représentants actuels de l’équipe ont fini par trouver une solution viable à ce problème.

« C’est un compte qui permet d’envoyer des messages sans qu’une seule personne ne soit tenue responsable du message« , a déclaré M. Patton. « Il est destiné à éviter que quiconque ne reçoive un retour négatif directement d’une décision« .

Publié par segbedji

Hi 👋🏻. Je suis Justin. Je suis un développeur et contributeur actif au cœur de WordPress basé à Cotonou au Bénin. Depuis 2019, je participe activement au développement du CMS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *