Coucou les fragiles

Prière ne pas prendre cette note trop au sérieux (quoique ?).

Il y a tellement longtemps que j’ai envie d’écrire ceci que je ne puis m’empêcher de sourire maintenant que j’ai commencé.

Ça fait maintenant un an (il y a quelques jours) que je vis à Cotonou. Avant ça, j’ai passé la grande partie de ma vie à Parakou.

J’ai donc été très très surpris quand, dès le mois de novembre, les autochtones (j’entends par là les personnes ayant passé la grande partie de leur vie à Cotonou) se sont presque unanimement mis à se plaindre de l’harmattan.

J’étais genre ??‍♂️??‍♂️??‍♂️??‍♂️?????. Le truc c’est qu’il n’y a pas d’harmattan à Cotonou. Enfin, pas de vrai harmattan avec ses rafales sèches, cinglantes et froides de vent qui te glacent les os.

So, chers amis les fragiles, désolé mais non.

Sur ce ??.